Perros Guirec

Photos & Cartes postales anciennes

Perros-guirec se trouve sur la côte de granit rose dans les côtes d’armor en Bretagne. C’est une charmante station balnéaire créée au début du siècle dernier, qui a su conserver le charme désuet de la Belle Epoque : les villas vastes et cossues en front de mer, rappellent l’engouement qu’a toujours suscité la petite cité. Quarante hôtels toutes catégories, des plages de sable, un casino, un bassin à flôt abrité dans l’anse de Perros-Guirec, des rochers sculptés par la mer, font de cette station de 8000 habitants la seconde du litoral nord breton.

Perros Guirec un jour de fête
Perros Guirec un jour de fête

Sur un littoral de 13 kms de côtes, avec 3 grandes plages de sable fin, Perros-Guirec jouit d’une vue panoramique sur l’archipel des Sept-îles, l’une des plus importantes réserves ornithologiques de France. Perros-guirec, c’est aussi pratiquer une foule d’activités, individuellement, en famille ou entre amis. Comme toute station balnéaire, Perros-Guirec propose casino, thalassothérapie, palais des congrès… de quoi étoffer les sources de divertissement sans pour autant négliger les centres d’intérêt qu’offre le patrimoine historique et naturel. .Aujourd’hui dotée des meilleurs équipements et des labels de qualité, la ville continue d’attirer une clientèle à la recherche de tranquillité, de bien-être, dans une ambiance familiale loin des concentrations touristiques… De la planche à voile, au surf en passant par la randonnée, chacun a l’éventail le plus large de loisirs, quand il veut, comme il veut…

plage de Trestaou
La plage de Trestaou

Ancien port de pêche, Perros-Guerrec s’est trouvé une nouvelle vocation: celle d’une station touristique importante et d’ue ville de congrès.

Histoire de Perros Guirec

Perros-Guirec (ou Perros) vient de saint Guirec (VIème siècle) et de « penros » (tête de promontoire).

Perros-Guirec doit la dernière partie de son nom à Saint Guyrech ou Kirech qui y bâtit une église au VIème siècle. Saint Guirec a bénéficié à Locquirec d’une fondation due à Saint Guévroc. La tradition locale veut qu’il ait débarqué dans l’anse qui porte son nom à Ploumanach.

L'oratoire de Saint-Guirec à Ploumanach
L’oratoire de Saint-Guirec

Perros-Guirec est un démembrement de la paroisse primitive de Pleumeur-Bodou. La paroisse de Perros-Guirec existait comme telle, au diocèse de Dol dès le XIVème siècle. Un duc du XIVème siècle, vraisemblablement Jean IV (1354-1399), fait concession d’un droit de pêcherie (au lieu dit Pors-a-Goret) à un établissement religieux situé à Goas-an-Abbat et qui cesse d’exister en tant qu’abbaye vers le XVème siècle. Les vestiges de l’abbaye existaient encore en 1682 (déclaration de Laurent Hingant, seigneur de la Salle au Chevalier). La chapelle de l’abbaye subsiste à l’état de ruines jusque vers 1840.

Au début du XVème siècle, le rôle de la paroisse de Perros-Guirec fait état de six nobles. Quatre seigneuries auraient eu leur siège à Perros : Pontguennec (Pont-Couennec), de la Salle au Chevalier, de Kerguien et de Tromorgant. A la fin du XVIIIème siècle, Perros Guirec est divisé en 7 frairies : le Creïzou, Traou Perros, Le Bourhou, Le Cracq, Kergadic, Kergomar et Ploumanac’h.

Le triage des ormeaux à Perros Guirec
Le triage des ormeaux

Le 22 mars 1587, Ploumanach est pris par un parti de Royaux de la Rochelle. La même année, trois navires pirates anglais, venus de Guernessey pénètrent dans la rade de Perros-Guirec. En août 1594, le maréchal Aumont, commandant en Bretagne pour le roi Henri IV, s’empare du château de Ploumanach. En 1698, le Saint-Pierre de Saint-Malo (30 tonneaux et 25 hommes) coule à Perros en se rendant à Terre-Neuve. En 1720, les Anglais s’emparent des Sept-Iles. En 1796, la tentative du général Hoche sur l’Irlande échoue, sa flotte est dispersée par la tempête, et le vaisseau le Neptune poursuivi par l’ennemi, vient s’échouer à l’entrée de la rade de Perros-Guirec. En 1804, trois frégates, venant de Saint-Malo, sont attaquées dans le chenal par une division anglaise (deux des frégates sont prises et la troisième réussit à gagner la rade de Morlaix).

Perros Guirec le port
Le port de Perros Guirec

Dès 1634, on trouve Penros-Guirec et Perros-Guirec. A noter que Ploumanach (anciennement Poulmanach, « étang au moine ») signifie littéralement « paroisse du Moine ».

L’ancienne paroisse de Perros-Guirec, bien qu’enclavée dans le diocèse de Tréguier, faisait partie du diocèse de Dol. Elle dépendait de la subdélégation et du ressort de Lannion et relevait du roi. La cure était à l’ordinaire. La première municipalité de Perros-Guirec est élue en janvier 1790.

On rencontre les appellations suivantes : Perros Guioc alias Quireuc (vers 1330), Penros Quiroc (fin XIVème siècle), Perros Quireuc (en 1405), Penros Kirec (en 1481), Perros-Guirec (en 1486).

Patrimoine

L’église Saint-Jacques

L’église paroissiale est dédiée à Saint Jacques, ce qu’explique une vieille tradition disant que le site était le lieu de rendez vous de pèlerins, venus par la mer, en chemin vers la route de Compostelle.
Au 13eme siècle, une chapelle fut d’abord construite: elle marquait le haut du vallon où Saint GUIREC était venu chercher un abri pour son monastère. Elle fut agrandie au 14 ème siècle, la flèche n’étant terminée qu’au 17 ème . Au siècle dernier un second agrandissement la dota des transepts.

Chapelle de la Clarté

En 1445, le marquis de Barac’h fit bâtir la chapelle qui prit le nom de Notre-Dame-de-la-Clarté. Le batiment a été construit en granite rose tiré du sol voisin. La tour, quant à elle, date du XVIe siècle.

Le chemin de ronde vient de l’ancien château de Ploumanac’h démantelé en 1594. Le chemin de croix intérieur est l’œuvre du peintre Maurice Denis. La chapelle a été classée monument historique en 1907. Elle contient une statue de la Vierge tenant l’Enfant Jésus sur un bras.

Depuis sa construction, un petit bourg s’est développé : le bourg de la Clarté, qui a notamment bénéficié de la présence des plus importantes carrières de granite rose de France, les carrières de la Clarté.

Le Colombier

Ce colombier est l’un des plus grands du Trégor et peut abriter jusqu’à 950 nids de pigeons. Il possède une fosse à colombine d’une profondeur de 60 centimètres, qui sert à recueillir la fiente utilisée pour l’amendement des sols. Seuls les manoirs de plus de 150 hectares de terre d’un seul tenant avaient droit de posséder un colombier, réserve de viande fraiche, donc source de revenus.

Manoir du Pont Couennec

Le manoir, composé de deux corps de logis rectangulaires agencés en L, possède également une ancienne tour carrée, qui s’élève derrière les premières maisons bordant la rue Ernest-Renan. Si la partie la plus ancienne du manoir remonte à 1473, le reste des bâtiments provient d’agrandissements et de réarrangements des XVIIe et XVIIIe siècles. Un four à pain existe encore derrière le manoir, qui a également droit de colombage à la fin du XVIe siècle. Le moulin à eau sur le Kerduel cesse de fonctionner en 1921.

Hôtel de ville

En novembre 1930, l’architecte Le Corre remet deux projets pour le nouveau bâtiment de la mairie, voulu à la fois pour le prestige et pour remédier à un manque de place dans les anciens locaux. On opte finalement pour un bâtiment avec une façade de granit rose, mais sans salle des fêtes ni beffroi. Isidore Étienne, Gourdon et Stiglio, granitiers de La Clarté et des vallées de Traouïero, offrent, le premier, le balcon, les deux autres, le perron. L’inauguration de l’édifice a lieu le 23 décembre 1934.

Le Phare

Les abords maritimes du port de Ploumanac’h sont difficiles pour la navigation. La passe étroite, parcourue par de violents courants, est signalée par le phare de Men-Ruz. Un premier édifice, érigé en 1860 en granit gris de l’ile Grande, signale sa position par un feu rouge fixe. Un gardien y habite et tient un cahier sur lequel les visiteurs peuvent consigner leurs observations. Détruit par les Allemands le 5 août 1944, il est remplacé par un nouveau phare en granit rose. C’est un feu rouge à occultations avec un secteur blanc. Sa portée par nuit claire est de 11 milles marins, soit environ 20 kilomètres. Le secteur blanc couvre la partie Est du chenal des Sept-Îles entre Tomé et Rouzic. Son fonctionnement est automatique.

Le canote de sauvetage et son équipage
Canot de sauvetage de Perros Guirec

Les festivals et les loisirs

Festival des Hortensias

Début août chaque année, a lieu le festival des Hortensias, avec défilé des groupes et cercles invités, un concert d’un musicien ou d’un groupe connu (Dan Ar Braz, Alan Stivell, Tri Yann, Soldat Louis, Hugues Aufray, etc.) et l’indispensable fest-noz. Le festival se tient sur plusieurs scènes simultanément. L’ambiance est plutôt à la musique traditionnelle bretonne, mais on trouve aussi des groupes plus « électriques » et systématiquement une délégation folklorique d’une nation étrangère.

Le succès du Festival des Hortensias ne se dément pas année après année. Lors de la précédente édition, avec en tête d’affiche Hugues Aufray et Tri Yann, plus de 11 500 spectateurs ont participé à ce grand rendez-vous estival de la côte de granit rose. Ce résultat est le fruit d’un travail important qui mobilise chaque année plus de 200 bénévoles, amoureux de leurs racines et de musique.

Festival BD

En 1994, une poignée de bénévoles faisait le pari de créer un Festival de bande dessinée à Perros-Guirec. Ce festival breton de BD, géré par des bénévoles, a lieu tous les ans à la maison des Trouïero et au Palais des Congrès de Perros-Guirec. Il met la BD à l’honneur et en particulier la bd bretonne. Ventes, dédicaces, rencontres avec les auteurs, expositions, fanzine, espace jeunesse sont au programme.

Depuis sa création et malgré sa taille modeste, le festival accueille les auteurs les plus prestigieux. Il a par exemple été parrainé par Jean-Charles Kraehn, Régis Loisel et Laurent Vicomte. De nombreux auteurs, dessinateurs et scénaristes y viennent chaque année.

Toutes les tendances de la BD sont représentées, cependant, les organisateurs ont mis l’accent sur les auteurs jeune public que ce soit dans la catégorie humour, fantastique ou aventure, sans omettre le désormais incontournable manga !

Le sentier des douaniers

Il sera pour les uns une première approche de la Côte de Granit Rose et pour les autres la conclusion de leur parcours. En tout cas, un incontournable de la région ! Créé en 1791 pour lutter contre la contrebande, le sentier des douaniers permet de faire le tour de la Bretagne. Il porte deux noms : sentier du littoral ou sentier des douaniers et longe des à-pics maritimes.

Cartes postales anciennes des Côtes d’Armor