Cancale

Photos & Cartes postales anciennes

Cancale est un petit port de pêche et de plaisance de 5200 habitants, qui se compose de deux parties: le bourg bâti sur un plateau de falaises élevées et, au pied, le port de la Houle.
Celui-ci, qui accueille encore les petits artisants de la pêcherie, a conservé une certaine couleur locale.Le territoire de Cancale, situé dans la baie du Mont-Saint-Michel, forme une presqu’île dont la pointe est appelée le Grouin de Cancale.

Cancale, le port de La Houle
Le port de La Houle

Cette partie de la côte d’Émeraude est restée très sauvage. De nombreuses espèces d’oiseaux nichent d’ailleurs dans la réserve ornithologique de l’île des Landes. Mais c’est la réputation ancestrale de la ville et du port de la Houle pour ses huîtres qui attire avant tout , chaque année encore, une multitude de touristes.

Pêche des huîtres à Cancale
Pêche aux huîtres un jour de grande marée

Cancale accueille depuis toujours nombre de visiteurs aux vocations multiples et variées. Que vous soyez amateurs de patrimoine et de traditions, venir à Cancale sera pour vous la découverte d’un peuple fier de son passé maritime et de ses lointaines origines, qui a su au fil des temps maintenir un certain art de vivre. Que vous soyez amateurs de gastronomie et de bonnes tables, venir à Cancale sera pour vous la rencontre de chefs renommés dont la passion a fait de cette cité « un site remarquable du goût ».

Travail dans les parcs de Cancale
Travail des huîtres dans les parcs

En effet, Cancale est un très important « centre de pousse et d’affinage des huîtres »; ses parcs couvrent 400 hectares. Avant 1924, les huîtres provenaient des bancs naturels de la baie du Mont-Saint-Michel, où elles étaient draguées avant d’être déposée dans les parcs. Ceux-ci produisent aujourd’hui l’huître plate dite de Cancale, qui doit séjourner trois ans dan sles parcs avant d’être livrée à la consommation; cependant, l’huître creuse prend de plus en plus d’importance.

Histoire

Délimitant par l’Ouest la Baie du Mont-Saint-Michel, Cancale bénéficie d’une position avancée sur la côte et doit la plupart de ses ressources à la mer. Mais, moins privilégiée que les ports voisins de la côte d’Emeraude, sa notoriété actuelle fut plus dure à conquérir. Ses habitants (hommage aux fameuses Cancalaises), courageux et volontaires eurent à se battre également contre les éléments et les invasions diverses (certaines ayant laissé quelques traces dans la physionomie et le patois régional).

Le retour de la Caravane dans le port de Cancale
Le retour de la Caravane dans le port de Cancale

Joli port de pêche, décrit par Roger Vercel dans « la Caravane de Pâques », le port de la Houle, dont la fameuse bisquine a récemment été rééditée, reste le lieu privillégié pour la dégustation des huîtres.Les origines: Cancale, en des temps reculés, était déjà réputée pour ses huîtres, dont les romains, durant leur période colonialiste dans la région, étaient déjà friands. Ce petit village, sans doute fondé par Saint Méen vers 545, obtint le statut de ville à part entière en 1545.C’est une commune aux croyances religieuses très ancrées, comme peuvent encore en témoigner les ex-voto de la chapelle du Verger. Un rituel de processions, datant de 1540, se maintiendra presque jusqu’à nos jours.

Touristes mettant des sabots pour visiter les parcs à huîtres
Touristes enfilant des sabots en bois pour visiter les parcs à huîtres

Cancale et ses alentours subirent, comme de nombreuses communes de la côte, une invasion espagnole et portuguaise, des attaques anglaises, corsaires, et les batailles contre les chouans…La belle époque:Ville de pêcheurs confrontée depuis toujours à une rude réalité économique, on peut affirmer que Cancale doit beaucoup à la ténacité des « Cancalaises » si souvent citées pour leur courage. Les terre-neuvas partaient en effet pour la moitié de l’année au moins, et leur laissaient la gestion des ventes de leur pêche, quand ils revenaient, car des naufrages étaient malheureusement souvent à déplorer.

Le bourg se partageait en deux :
En bas, le port de la Houle, longtemps isolé, domaine des pêcheurs, côtoyant les parcs à huîtres, dont la digue, protégeant les maisons des marées, fut construite en 1836.
En haut, le bourg où vécurent les commerçants et les armateurs, jusqu’à la grande grève des terre-neuvas en 1911, date à laquelle ils lui préfèrent Saint-Malo. Le tourisme, à l’époque était loin d’y être aussi développé qu’à Dinard ou Saint-Malo. Un seul hôtel luxueux, Le Du-Guesclin, pouvait prétendre recevoir les hôtes de marque. D’autres établissements, comme cela se pratiquait à l’époque, rabattaient leurs clients en les interpellant au passage.

Le tri des huîtres à marée basse dans le port de Cancale

Cancale fut touchée par plusieurs drames en ce début de siècle. D’une part, les naufrages signifiant la perte de dizaines d’hommes endeuillant de nombreuses familles, le travail de plusieurs mois étant réduit à néant. D’autre part, des difficultés liées directement à la concurence ouverte par certains négociants de Charentes : une campagne de dénigrement, accusant le coquillage de porter la tiphoïde, ce qui nuira gravement à l’économie de la région pendant plusieurs mois.De nos jours:Cancale est désormais un joli port conjuguant tous les plaisirs de la côte : promenades sur le sentier des douaniers, baignades, visite de malouinières et restauration gastronomique de coquillages dans des restaurants réputés.

Ramassage des huîtres dans les parcs
Ramassage des huîtres dans les parcs

A proximité, la pointe du Grouin, où le panorama s’étire du Cap Fréhel à Granville, avec, au large, les îles Chausey. En face, l’île des Landes, réserve ornithologique où l’on admire cormorans, goélands et autres oiseaux de mer.Avec les crevettes, les araignées, le commerce des huîtres et leur dégustation restent l’apanage de Cancale.Un musée y est d’ailleurs entièrement consacré, permettant aux visiteurs de comprendre leurs différentes origines, leurs cultures, et d’en connaître les appellations.Tout au long de la côte, en allant vers le Mont Saint-Michel que l’on aperçoit par temps clair, les parcs à huîtres redessinent la grève, lui donnant
cet aspect si particulier.

Patrimoine

Le patrimoine culturel de Cancale et son activité économique maritime sont étroitement liés et en font, depuis longtemps, un haut lieu du tourisme européen.

En 1994, le Conseil National des Arts Culinaires a reconnu Cancale « Site remarquable du goût » pour la qualité et la renommée de ses huîtres et de son environnement. Cancale produit environ 5 000 tonnes d’huîtres creuses élevées dans les parcs découvrants et 1 000 tonnes d’huîtres plates draguées au large de la baie.

Le port de cancale

Le port de la Houle : Cancale était jadis réputé pour ses marins engagés dans la « grande » pêche à Terre-neuves sur les morutiers de Saint-Malo mais aussi de Cancale, puisque existaient des chantiers de construction de navires, sur le port de la Houle.De nombreuses tentatives de débarquement de la part des Anglais eurent lieu notamment au milieu du XVIIIe siècle, dans le but d’attaquer Saint-Malo par la terre. Un boulet réputé tiré par un bateau anglais orne le petit jardin du presbytère.Cancale est le port d’où partirent en 1612 les navires de Daniel de La Touche, Seigneur de la Ravardière.

Les huîtres de Cancale

L’huître de Cancale se caractérise par une saveur prononcée d’iode et de sel avec un arrière goût de noisette. Elle est à l’origine de la réputation gastronomique de la ville: plus de 50 restaurants lui proposent leurs spécialités, parmi lesquelles : les fruits de mer et le « pied-de-cheval ». Certains d’entres eux sont classés dans les guides gastronomiques nationaux.

La Cancalaise

A l’image de la perle, le bisquines sont des bateaux typiques de Cancale, Granville et la baie du Mont-Saint-Michel. Ellespratiquaient trois types de pêche: le chalut, les grandes lignes et le draguage des huîtres. Leur gréement au tiers leur permettait de porter jusqu’à 450 mètres de voilure.

Cartes postales anciennes d’Ille et Vilaine